Dans L'Engrenage © Julie Cherki
Danse hip hop - Tout public

Dans l’engrenage

Compagnie Dyptik

Samedi 21 mars // 20h45

L'Escale

  • Présentation
  • Galerie
  • Tarifs
  • Médiation Culturelle
  • + d'infos
  • Presse

Présentation

Pièce chorégraphique pour 7 danseurs !

Fondée en 2012 par les jeunes chorégraphes Souhail Marchiche et Mehdi Meghari, la compagnie régionale Dyptik poursuit un travail chorégraphique ancré à la fois dans les valeurs du hip hop et le dialogue créatif avec d’autres esthétiques.

Dans l’engrenage est le deuxième volet d’une réflexion sur les révoltes des peuples. Les chorégraphes interrogent cet espace-temps où des hommes et des femmes s’unissent pour contester un existant et construire un idéal. Mettre les doigts dans l’engrenage, s’aventurer dans une situation dont on ne pourra plus sortir, voilà le fil rouge de la pièce. Les chorégraphes questionnent les limites de l’Homme et sa capacité à résister à son propre système. Sur scène, la tension est palpable, l’atmosphère urbaine électrique. Les sept danseurs puisent leur énergie aux sources du hip hop. Leur engagement physique et émotionnel développe une danse à la fois intense, puissante et poétique. La compagnie Dyptik incarne une génération qui refuse la fatalité d’un monde apeuré ; un monde qu’elle entend bâtir elle-même.

>> Rencontre avec les danseurs après la représentation

+ d'infos odrozd@ville-melun.fr

Galerie

Dans l'Engrenage (teaser) Dans l'Engrenage © AmeenSaeb Dans l'Engrenage © AmeenSaeb Dans l'Engrenage © AmeenSaeb Dans l'Engrenage © AmeenSaeb Dans l'Engrenage © AmeenSaeb Dans l'Engrenage © AmeenSaeb Dans l'Engrenage © AmeenSaeb Dans l'Engrenage © Julie Cherki Dans l'Engrenage © Julie Cherki Dans l'Engrenage © Julie Cherki Dans l'Engrenage © Julie Cherki Dans l'Engrenage © Julie Cherki Dans l'Engrenage © Julie Cherki Dans l'Engrenage © Julie Cherki Dans l'Engrenage © Julie Cherki

Tarifs

Plein 16 €
Réduit 13 €
Abonné 10 €
Jeune 8 €
Partenaires 6 €
BILLETTERIES

Espace Saint-Jean // +33(0)1 64 52 10 95, www.culturetvous.fr et dans les autres points de vente de la billetterie communautaire de l’agglomération Melun Val-de-Seine, Espace Culturel Leclerc, Fnac, Carrefour, Auchan, fnac.com, ticketmaster.fr, francebillet.com, billetreduc.com, digitick.com (frais de location en sus).

Médiation culturelle

>> Rencontre avec les danseurs après la représentation

+ d'infos odrozd@ville-melun.fr

+ d'infos

LES CHORÉGRAPHES

Bicéphale. A la tête de la Compagnie Dyptik, il y en a deux. Complices et complémentaires. Dyptik, ce n’est pas un mais deux directeurs-chorégraphes : Souhail Marchiche et Mehdi Meghari. Leur histoire commune n’est pas née avec la création de la compagnie en 2012. Elle date… presque depuis toujours.

C’est dans la rue que leur aventure commence, il y a dix ans… ou vingt ans. Peut-être même plus. Ils ne comptent plus. Curieux et avides d’expériences, ils quittent un instant le milieu urbain et partent très vite à la conquête de l’autre et de la danse. Peu importe l’étiquette qu’on y appose. Peu importe les frontières. Partout où l’on danse, ils veulent y aller. Ils multiplient ainsi les collaborations et les échanges. Tant avec leurs pairs, qu’avec des circassiens, des musiciens, des « contemporains », comme ils disent, des « monsieur tout le monde » aussi. Ils en reviennent ouverts et décomplexés, tout en restant fidèles à leurs origines.

Attachés à leur territoire, ils s’implantent à Saint-Etienne et scellent leur maturité artistique en créant leur propre compagnie : Dyptik. Disposant de leur propre espace de travail, tous deux se mettent au service d’une même exigence. D’une même esthétique. D’un langage universel s’exprimant dans une vision unanime de la danse hip-hop contemporaine. Ils se partagent l’écriture chorégraphique et s’engagent mutuellement dans les projets de transmission, chère à leurs cœurs.

Libres et engagés, ils explorent encore et toujours. Dans tous les sens. Ils explorent l’identité. La résistance. La révolte. Dans un incessant dialogue collaboratif entre eux. Avec leurs danseurs. Et leurs équipes artistiques.

LA COMPAGNIE DYPTIK

Fondée en 2012 par les chorégraphes Souhail Marchiche et Mehdi Meghari, la compagnie stéphanoise Dyptik est conventionnée par la ville de Saint-Étienne, et soutenue par la DRAC, la Région Auvergne-Rhône- Alpes et le département de la Loire.

Dès 2012, la compagnie Dyptik explore le thème de l’identité, au travers deux pièces chorégraphiques : En quête (2012) et Dyptik (2014).

El le investigue ensuite le champ de la révolte avec D-Construction (2016), Dans l’engrenage (2017) et Le Cri (2018).

Au delà de son travail créatif, la compagnie Dyptik développe de nombreuses actions culturelles autour de ses créations, et est à l’origine du festival TRAX, créé en 2014. Attachée aux valeurs de partage, de rencontre et d’échange, la compagnie Dyptik ouvre également ses studios stéphanois aux artistes et au public, pour en faire un véritable lieu de de résidence artistique et de représentation.

Durée 0h50
GÉNÉRIQUE

Le spectacle Dans l'Engrenage est coproduit par Dyptik, La Maison de la Danse de Lyon, Le Groupe des 20 Rhône Alpes, IADU la Villette, CCN de Créteil, CCN la Rochelle, le Théâtre du Parc. Dyptik a reçu le soutien de la DRAC Rhône-Alpes, du Conseil Général de la Loire, la ville de Saint-Etienne et de la Région Rhône-Alpes et la Caisse des dépôts et consignations.

Direction artistique Souhail Marchiche & Mehdi Meghari / Chorégraphie Mehdi Meghari / Interprétation Elias Ardoin, Evan Greenaway, Samir El Fatoumi, Yohann Daher, Katia Lharaig, Émilie Tarpin-Lyonnet, Marine Wroniszewski / Création musicale Patrick De Oliveira / Création lumière Richard Gratas / Costumes Hélène Behar. Photos © Ameen Saeb & Julie Cherki

Site du spectacle

Presse

LE MONDE, Rosita Boisseau

« Il (Mehdi Meghari) met le feu à un scénario sur le pouvoir et l’autorité qui réserve d’étonnantes trouvailles visuelles. Ultra-virtuoses en breakdanse au sol, ouverts sur les autres techniques, les sept interprètes majorent la segmentation hip-hop pour camper des personnages qui coupent, tranchent et assènent leur domination d’une simple désarticulation d’épaule. »

LE BRUIT DU OFF, Emmanuel Serafini

« Les figures de hip-hop qui s’y passent sont parfaitement exécutées, le mouvement est très souple, la gestuelle féline… Les actions sont tout à fait rythmées, pas un instant de trop, pas un instant ne manque, c’est une mécanique redoutable qui rase tout sur son passage laissant loin derrière toute la danse qu’on a pu voir, ici ou là… »